Liberté, égalité, neutralité…. du net


Le débat actuel sur la neutralité du net soulève de nombreuses questions y compris en dehors de la sphère du net. J’ai eu la chance de participer récemment à 2 conférences sur le sujet : digiworld par l’idate avec l’essentiel des grands opérateurs (Orange, SFR, Bouygues, ATT, NTT) puis une table ronde sur le sujet à la cantine (les vidéos sont disponibles en fin de post).

Net neutrality on the road!

Net neutrality on the road!

Qu’est ce que la neutralité du net ?

Il existe de nombreuses pages sur la définition du sujet, mais je vais juste répéter celle de Beinjamin Bayart, président d’un FAI indépendant FDN que je trouve simple et juste.

Internet est un réseau composé de 40 000 sous réseaux provenant des 40 000 opérateurs dans le monde qui  se mettent d’accord sur des formats et des protocoles communs. Une fois dans ce réseau, où que je sois sur internet je dois toujours voir le même internet. C’est donc un réseau neutre, un internet neutre.

Il peut y avoir des filtres qui occultent une partie d’internet. C’est autour de cette problématique qu’ont lieu les débats et les futurs lois probables.

En terme plus business, le débat sur la neutralité du net doit permettre de trancher si les propriétaires de tuyaux (les opérateurs fixes et mobiles qui sont aujourd’hui les mêmes) ont un droit de regard, d’interdiction, ou en tout cas le droit de prioriser ce qui passe dans leurs tuyaux.

Bien sur un tel sujet soulève beaucoup de questions plus large le combat entre les services web et les opérateurs telecoms, notamment sur les plans politique, juridique, philosophique (questions de liberté individuelle, censure d’état…). Je me contenterai d’analyser le débat à partir des conférences publiques auxquelles j’ai assisté mais il existe de nombreuses sources sur le sujet. Pour approfondir Je vous conseille les pearltrees suivantes :

Netneutrality

Durant la conférence Digiworld, plusieurs débats dans différents ateliers ont porté sur la problématique de la neutralité du net (« net neutrality » en anglais). C’est actuellement le débat de fond de l’écosystème des opérateurs et du web, qui doit être tranché dans les prochains mois par les autorités de régulation. C’est une problématique globale puisque les acteurs américains (verizon, att), européens (orange, sfr, vodafone) et japonais (NTT docomo) ont fait part leur opinion lors de la conférence.

L’exemple le plus marquant de non neutralité du net est celui des applications de voix sur IP (skype, Fring…) qui sont « bloquées » par les opérateurs avec les forfaits internet mobiles pourtant illimités. On comprend l’opérateur qui ne veut pas tout de suite scier la branche voix comme ils ont du le faire avec téléphonie fixe et les contrats haut débit ADSL.

Il y a bien en ce moment une véritable guerre entre les opérateurs de réseaux et les géants du web, à la pointe desquels se trouve Google. Chacun y va de ses lobbyistes pour faire pression sur les instances de réglementation, des larges avenues de Washington DC aux salons feutrés du 7éme arrondissement…

Les opérateurs défendent un droit à filtrer le contenu dans les tuyaux avec des arguments tout à fait recevables, comme le fait que les spectres mobiles ne sont pas infinis et qu’ils vont rapidement être engorgés vue la croissance du trafic data sur les réseaux mobile et ce malgré l’arrivée de la 4éme génération mobile le LTE (SFR par exemple annonce que le volume de données mobile a été multiplié par 4 entre 2009 et 2008 et qu’il devrait représentait 75% de son trafic en 2011 contre déjà un quart aujourd’hui). Sur les lignes fixes le problème est moins important car nous ne sommes pas encore aux limites des tuyaux, mais l’arrivée de la vidéo HD ou encore 3D couplée avec la multiplicité des capteurs connectés au web au sein des foyers pourraient aussi venir à bout des fils de cuivre qui nous relie au réseau des réseaux. La Fibre résoudra en grande partie ce problème mais dans un horizon de temps incertains.

Net Neutrality
Image by thehoneybunny via Flickr

Du coté des acteurs du web on défend le web comme un bac à sable géant, plateforme ouverte à toutes les innovations sur laquelle ne doit exister aucune contrainte. C’est ce qui a effectivement  permis de voir apparaitre des nouveaux services comme skype, youtube, wikipedia et itunes entre autres. La position de ces acteurs est simple : vous nous fournissez des tuyaux pour lesquels nous payons, le reste ne vous regarde pas !

Alors comment résoudre ce dilemme ? Pour les opérateurs un droit à la priorisation

Les opérateurs insistent sur le fait qu’une plateforme ouverte ne signifie pas gratuite. Leur solution consiste à faire payer plus cher le client pour accéder à des services type vidéo, gros consommateurs de bande passante, en période de pointe (faire payer pour la priorité de distribution du contenu). Finalement les opérateurs proposent ici le business model de La Poste qui fait bien payer en fonction du poids du contenu et de sa priorité.  Nous aurons alors un internet des riches et un internet des pauvres.

Les acteurs du web ne proposent pas vraiment d’autres solutions mais ils font pression pour qu’aucun nouveau business model, aucune nouvelle innovation ne soit écarté par une loi trop contraignante.

D’autres défendent le principe qu’il n’y ait aucune loi de votée et de laisser le marché et la concurrence faire son travail. Les opérateurs qui brident certains contenus ou plutôt qui les facturent plus chers seront délaissés au profit de concurrents plus « neutre ».  Même si j’ai tendance à faire confiance, même par les temps qui courent, à la main invisible de notre ami Adam Smith, je ne pense pas que la concurrence chez les opérateurs soit suffisante pour obtenir une réelle offre diversifiée (je vous rappelle qu’ils ont déjà étaient condamnés pour entente sur les prix, et l’arrivée de free sur le marché du mobile, ou la question de bridage est la plus urgente, ne va pas tout bouleverser avant qu’il n’est un réseau important et rapide).

Le partage du gâteau au centre des débats

Derrière ce débat sur la neutralité du net on voit poindre une problématique plus importante : le partage de la valeur créer par le web qui a tendance à se concentrer uniquement sur certains points de la chaine de valeur au détriment des autres. Et derrière les arguments des opérateurs on entend souvent des critiques qui visent manifestement Google et sa position ultra dominante sur la recherche et la publicité en ligne en générale (tout comme les arguments du monde des média, avec la presse en tête, mais c’est un autre débat  presse ).

Pour les opérateurs ce modèle n’est pas viable sur le long terme car ils ne pourront continuer à créer et maintenir des réseaux de haute qualité alors que d’autres acteurs tiers en récupèrent l’essentiel de la valeur. C’est ainsi que le directeur de la stratégie de Vodafone a conclu son discours sur le sujet : « Tous les acteurs de la chaine de valeur doivent avoir des chances égales de facturer des services, c’est la vison  de vodafone de la neutralité du net »

ATT de son coté demande juste le droit a pouvoir facturer différemment en fonction de la propension à dépenser des diffuseurs et/ou consommateurs, tout comme le fait Google avec son système d’enchère sur les mots clés pour les annonceurs. L’argument est bien trouvé et attaque directement le symbole des services web.

Je n’ai pas d’avis tranché sur la question. Enfin si, je désire clairement un réseau neutre où chaque utilisateur peut trouver son service/contenu de niche et chaque créateur peut lancer un produit directement accessible à tous. Cependant si les arguments techniques des opérateurs sont vérifiés et qu’il y a bien des risques forts de goulots d’étranglement du réseau mobile, il faut trouver une solution pour que le message de SOS lancé par une grand-mère sous monitoring en mode eHealth passe en priorité devant le flux video du voisin d’au dessus qui regarde un clip sur son téléphone. Mais je ne veux pas voir des mouchards ou des filtrages ni aux extrémités du réseau ni dans ses routeurs.

Je ne suis pas rassuré sur les lois qui si préparent et j’espère que les textes qui sortiront ne vont pas êtres trop liberticides comme la sinistre loi Loppsi qui doit bientôt rentrer en débat dans nos hautes chambres.

Vidéo du débat sur le sujet à la cantine le 1er décembre 2009 :

Enhanced by Zemanta

, , , , , , , , , ,

  • Pingback: Les tweets qui mentionnent Liberté, égalité, neutralité…. du net « WiseWeb -- Topsy.com

  • http://twitter.com/rom1_Lab Romain LABOUREE

    La situation des opérateurs soulève des doutes. Sont-ils vraiment dans l’impossibilité ou ne veulent-ils pas ? Ce qui semble certains, c’est une volonté de nombreux opérateurs de se ré-approprier le modèle de kiosque ou de bouquets TV par satellite & câble. Ce n’est pas pour rien que Free ou Orange ont embauché des personnalités de ces secteurs. Ce sera l’ère des forfait internet à la carte avec des options « consultation de vidéos », « blogs »… Ca marche pour Apple avec ces Apps, cela risque d’être la même (r)évolution. Certains appellent cela la fin de l’âge adolescent de l’Internet et son passage à l’âge adulte, son entrée dans la vie active (par ici la monnaie !!!)

  • http://portfolioandco.wordpress.com ndebock

    Merci pour ton commentaire Romain. Et pour l’illustrer je recommande la lecture de l’excellent article de readwriteweb france sur la neutralité du net chez Orange…
    http://fr.readwriteweb.com/2010/08/26/a-la-une/orange-donne-aperu-de-linternet-sans-neutralit-du-net/